J'ai eu une période où j'écrivais de la poésie et suite à une conversation avec des amis, ils m'ont "boosté" pour que je les publie sur ce blog.

Dans un premier temps je vais mettre ceux que j'ai écrit sur la chemin, en tant que pèlerin, qui m'a conduit de Vézelay à Compostelle.

 

L’ombre

 

 

 

 L’ombre du matin

 

Fait avancer le pèlerin.

 

Elle le tire toujours plus loin.

 

Créé par le soleil rasant,

 

Lié à lui, jambes longues

 

Corps difforme, tête courte

 

Elle le conduit à grands pas,

 

Toujours vers l’ouest,

 

Vers le céleste.

 

Confiant en elle,

 

Le pèlerin se rappelle

 

Que sans elle :

 

Il serait un être immatériel !